Les journaux de bord électroniques et les relations transporteur-client

décembre 4, 2017 Non classifié(e) Sécurité

« Articles

Les enregistreurs électroniques de bord (EED) ou journaux de bord électroniques sont obligatoires aux États-Unis à compter de décembre 2017 et seront en vigueur au Canada de 18 à 24 mois plus tard.

Alors que les transporteurs se préparent à se conformer à la réglementation, les expéditeurs doivent également tenir compte des répercussions des journaux de bord électroniques sur leurs propres activités.

L’Alliance canadienne du camionnage a préparé une vidéo qui présente comment ces dispositifs vont modifier la conformité aux heures de service, ainsi que les relations entre les transporteurs et les expéditeurs.

Lisez la suite pour en savoir plus et regardez la vidéo.

L’impact des EED sur les entreprises de transport routier

Avec chaque minute de chaque heure de conduite permise enregistrée électroniquement, les transporteurs et les conducteurs ne pourront pas contourner les règles sur les heures de service.

Comme les journaux de bord électroniques deviennent obligatoires, les transporteurs et les expéditeurs doivent s’assurer que les chauffeurs de camion passent plus de temps à conduire — et non pas à attendre le chargement et le déchargement des marchandises.

Lorsqu’un conducteur n’a plus d’heure disponible, ce camion et ce conducteur ne peuvent plus se déplacer jusqu’à ce qu’il ait pris sa pause de repos obligatoire.

Cela signifie qu’il sera plus important que jamais que la cargaison soit sur la route et que les coûts soient contrôlés.

Les expéditeurs et les transporteurs devront collaborer afin de :

  1. Réduire les temps d’attente aux quais de transbordement
  2. Créer des aires de repos pour les conducteurs qui sont hors service
  3. S’adapter à des horaires de livraison plus souple

Relations entre le transporteur et l’expéditeur : une route à deux sens

Avec l’introduction des journaux de bord électroniques, la planification pour rendre la chaîne d’approvisionnement plus efficace sera une route à deux sens.

Les transporteurs et les expéditeurs devront être des partenaires et collaborer pour réduire le temps de conduite perdu dans les cas suivants :

  • Embouteillage de la circulation
  • Retards aux frontières
  • Conditions météorologiques défavorables
  • Construction

La bonne nouvelle est que les données recueillies par les journaux de bord électroniques vont permettre aux transporteurs de collaborer avec les expéditeurs pour identifier les sources d’inefficacité dans la chaîne d’approvisionnement et se concentrer sur l’optimisation du transport et l’amélioration de la sécurité et de la productivité des conducteurs.

Regardez la vidéo ci-dessous de l’Alliance canadienne du camionnage.

Les journaux de bord électroniques et les relations transporteur-client

Articles liés

Tiens-toi à jour!

Inscrivez-vous à notre bulletin

  • Communication
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

En cochant la case ci-dessus, vous consentez à recevoir par courriel des communications périodiques de Canada Cartage. Vous recevrez des nouvelles sur l’actualité et des renseignements précieux sur l’industrie, et des articles connexes. Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement qui se trouve au bas de la page de nos courriels.